La protection du paysage? Mon oeil!

Franchement, ils me font bien marrer les protecteurs du paysage, du naturel ou de la tradition. Qui n’a pas entendu, ou dit soi-même, qu’il faut sauvegarder nos paysages de la destruction humaine, qu’il faut manger des produits naturels, ou qu’il faut conserver nos traditions?

L’exemple de la protection du paysage contre les éoliennes est un cas flagrant. D’une part, il ne faut pas oublier de tout mettre dans la balance1 . Mais surtout, ces éoliennes ne sont pas moches. Moi, je les trouve carrément belle. En fait, s’il y avait eu des défenseurs du paysage avant la construction des vignes du Lavaux, je n’aurais peut-être pas à quelques kilomètres de chez moi un site classé au patrimoine mondiale de l’humanité2. Le problème est exactement le même au sujet du nouveau toit du parlement vaudois, pour lequel un groupe veut un toit brun, plutôt que ce gris proposé. Dans 10 ans, on se sera complétement habitué et dans 50 ans il y aura des programmes pour “sauver le parlement vaudois de la destruction, ce joyau de l’architecture [..]” je vous laisse imaginer ce qu’on pourrait en dire. Toutes les considérations esthétiques que nous pouvons avoir ne tiennent pas sur le long terme, elles sont même vite dépassée. Et surtout, n’y a-t-il des choses plus importantes à décider?

Chez nous, il n’y a plus aucun paysage naturel. Tout a été façonné par l’homme. Nos forêts sont taillées, plantées, nettoyées. Nous creusons la montagne, construisons des routes, bâtissons des monuments. Nous détournons des rivières, canalisons des fleuves. Ils nous plaisent aujourd’hui, peut-être moins demain, mais on ne peut en tout cas pas prétendre défendre des paysages naturels.

Le “naturel “dans l’alimentation me fait beaucoup rire aussi. Qu’est-ce que le naturel? C’est une grosse farce dont se nourrit une frange bobo-branchés de la population, de politiciens démagogiques ou d‘industriels en phase de greenwashing. Toute notre production agricole a été modifiée, sélectionnée. Le naturel ce serait la campagne? Chez le paysan? Boire du lait de ses vaches? La vache n’existe pas à l’état naturel, tout comme le cochon, et tous les animaux d’élevages. Et je ne vous parle pas des semences.

Un comportement devient une tradition a partir de quand? 5 ans? 10 ans? 50 ans? La culture est en mouvement, penser qu’il faut la figer pour la préserver est une ânerie. Les techniques vont et viennent, les métiers changent, les modes passent, les religions et les rites se modifient.

Les agissements des multinationales ou des états qui pillent notre planète doivent cesser, nous devons faire attention à ce que nous mangeons, nous ne devons pas détruire notre environnement, ni nos paysages, mais nous devons mener ce combat en posant les bonnes questions, en donnant les bons arguments. Arrêtons de dire que nous voulons “retourner aux sources”, retrouver le naturel ou restaurer nos traditions, ces concepts sont complètement vide de sens.  Je rappelle, par exemple,  que s’il faut sauver la planète, c’est en réalité uniquement pour que nous puissions continuer à vivre.

Il y a tellement de bonne raison pour faire des choses bien, que je me demande pourquoi on va en chercher des mauvaises.

 

 

  1. La construction d’autre moyen de production peut aussi “gâcher” le paysage. Il faut aussi considérer l’intégralité des nuisances et les atteintes à environnement par ces autres moyens []
  2. Classement que je trouve relativement discutable, mais c’est un autre sujet []
This entry was posted in Ecologie, Humeur, Politique and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.