Interdire le marketing politique: la mauvaise question.

J’ai eu des débats intéressants avec des amis, et notamment avec Raphael Mahaim1, concernant le marketing politique. Il y a une remarque qui revient souvent2: les gens n’aiment pas être dérangé dans leur déambulation  matinale3 ou lors de leur marché.

La tentation est grande d’interdire afin d’être tranquille4. Mais pourquoi alors interdire les militants politiques, qui malgré tout œuvrent pour le bien commun, et non pas les sociétés commerciales? Car n’oublions pas que pour  les petits parti5, la meilleurs méthode de communication reste d’aller dans la rue à la rencontre des gens. C’est comme ça quand on n’a pas les moyens de faire une campagne d’affiches qui occupe tout un quartier pendant des semaines.6 Empêcher une partie de la population de s’exprimer, en plus d’être une atteinte à la liberté d’expression elle-même, induit une distorsion dans la démocratie. Il y a ici, non pas un fait grave, mais une tendance qu’il nous faut surveiller pour ne pas aller trop loin.

Et justement, nous y voilà! Un parti politique de droite7 a lancé récemment une campagne de promotion via une publicité diffusée notamment dans certains cinémas8.  Certains de mes amis9 ont hurlé au scandale dans le cinéma:

Il est scandaleux que ce cinéma passe des messages politiques comme ça, je vais leur écrire et leur dire ce que je pense.

Je ne viens pas au cinéma pour me faire endoctriner!

Peut-être que la pub pour cette célèbre marque de boisson sucrées endoctrine peut-être moins? Passons.

Et nous voilà donc avec des idées d’interdictions pour les partis politiques de faire de la pub au cinéma. Si je suis d’accord pour combattre les idées de ce genre de mouvements politiques, je ne suis pas d’accord avec les moyens. Cette pub, bien que misogyne et certainement à tendance xénophobe, ne viole pas la loi10. Et je serais tout à fait content de ne plus la voir. Mais l’interdiction, provoquerait une réaction immédiate en face en invoquant la liberté d’expression. Et je suis d’accord. En outre, cela ferait un coup de pub supplémentaire dont on se passerait bien.

Ce n’est pas la bonne voie, ce n’est pas la bonne question.

De mon point de vue, la bonne question c’est: comment se fait-il que ce parti ait les moyens de faire une telle campagne11? Et c’est ça qui faut leur enlever. Notre démocratie est parmi les meilleurs du monde à l’exception du système de financement, qui est complètement opaque et inégalitaire.

N’écrivez donc pas à votre cinéma pour vous plaindre d’une pub politique, mais écrivez pour demander la transparence sur le financement des campagnes. Si la conséquence d’une plus grande transparence est la diminution des fonds investit dans les campagnes politiques, ce n’est pas moi qui vais me plaindre12.

Après, il nous faudra réussir à élire les gens les plus compétents, mais ça, c’est une autre histoire.

  1. voir sur ce sujet son billet: http://raphael.mahaim.ch/2011/08/29/j-55-la-politique-et-le-coca-cola/ []
  2. je suis un peu mal à l’aise avec ça je dois bien avouer []
  3. Sauf si on leur donne un croissant []
  4. Je ne développerais pas cette fois sur notre société du confort et de la tranquillité. []
  5. et même pour certains grands []
  6. D’ailleurs, les affiches elles dérangent ou pas? []
  7. Je dirais même à tendance xénophobe très marqué et aux méthodes plus que douteuses. []
  8. Vous la trouverez aussi sur youtube, mais comme je déteste faire de la pub pour mes adversaires, je vous laisse chercher si le cœur vous en dit. []
  9. que par ailleurs j’aime beaucoup, surtout, ne vous sentez pas blessé si vous vous reconnaissez []
  10. Avec un bon avocat peut-être… []
  11. Je n’ai vu des pubs cinématographiques d’aucuns autres partis []
  12. surtout que c’est d’avantage la droite qui devrait en pâtir []
This entry was posted in Politique and tagged , . Bookmark the permalink.

8 Responses to Interdire le marketing politique: la mauvaise question.

  1. Hélène says:

    Dis, tu parles de notre société de confort et de tranquillité, et je te rejoins su le fait que je n’aime pas trop être accostée, que ce soit par Télé2 ou par ProInfirmis. Je regrette surtout que, depuis quelques années, nous soyons constamment “agressés” par des affiches politiques, qui, me semble-t-il, sont de plus en plus dures, violentes voire réellement choquantes. Du coup, je voudrais avoir ton point de vue sur cette question : représenter ben Laden sur un passeport suisse pour argumenter qu’il ne faut pas laisser les criminels étrangers s’installer (ce qui est un objet fallacieux vu que ce n’était pas la question du débat de toute manière), cela entre-t-il dans ta conception assez généreuse de la liberté d’expression? Voltaire le disait déjà: faut-il être tolérant avec l’intolérance”?
    Si tu ne violes pas la loi, est-il admis que tu tiennes des propos xénophobes ou misogynes, comme cela semblait être le cas au cinéma? Pour ma part, je vois deux choses:
    – le fait d’avoir un sport politique au cinéma, ce qui, au fond, ne me choque pas plus que ça.
    – le fait que le spot diffusé (ou l’affiche) soit une atteinte directe à une communauté ou à un sexe (je n’aime pas des masses non plus les pubs sexistes de tallyweilt où des femmes en sous-vêtements se roulent sur des lapins roses).
    Enfin… il y a tellement de choses qui me dérange chez certains groupes politiques que je mélange peut-être tout!

    • xahag says:

      Salut, merci de ton commentaire. Oui, je pense qu’il faut être tolérant. Non pas que je vive dans un monde de bisounours. Mais je pense à nouveau qu’il s’agit d’une mauvaise question. Finalement, ce que recherche ces partis de droite, et d’extrême droite, c’est de choquer, de faire réagir les “gauchos-bien-pensant”. Moi, je suis d’avis qu’il faudrait les laisser dire leurs insanités dans leur coin et quand plus personne ne s’intéressera à eux probablement qu’ils ne les diront plus. Sur-réagir à leur attaque c’est simplement faire précisément ce qu’ils recherchent. Finalement, le mépris n’est-il pas pire que la haine?
      Mais bien sûr, tout cela sous le couvert de la loi. Une affiche qui viole clairement la loi doit être interdite et retirée. Mais à nouveau, il faudrait ne surtout pas faire de la publicité (médiatique) la autour.

      • Alan says:

        Salut mon ami! Merci de ce billet 🙂 Je partage ton analyse et je suis d’accord avec toi sur le fond dans tout ce que tu dis sauf sur ce commentaire. Je pense que les conséquences des affiches choquantes et stupides de l’UDC sont beaucoup plus insidieuses qu’on ne le croit. Non seulement leur stratégie – aussi lamentable soit-elle – leur permet de grignoter sans cesse de nouvelles “parts de marché” en exploitant des peurs, mais surtout je pense aux enfants: une génération entière a désormais été gavée de cette communication nauséabonde et omniprésente et cela conditionne fatalement leur vision du monde. On ne doit pas juste attendre que la lubie leur passe, cela fait bien trop de dégâts. Sais-tu s’il existe des initiatives organisées auxquelles le grand public peut apporter son soutien d’une manière ou d’une autre? (il y en a sans doute tout plein, shame on me, et tu en as peut-être même déjà parlé… Mais ton billet vient juste de me faire prendre conscience de l’urgence du problème)

        • xahag says:

          Hello,
          Merci de ton message et de ton soutiens. Oui, il existe une structure qui est en train de se mettre en place : http://www.locomotov.ch/

          Je t’invite bien sûr à les rejoindre, mais encore plus que de l’argent, ils vont avoir besoin de monde. Je vais suivre ça d’assez près et te tiendrais au courant.

  2. Bader says:

    Salutations!

    Selon moi, le problème est l’iniquité des moyens.
    Tout parti devrait avec un plafond pour sa campagne publicitaire.

    Mais quelle serait-elle? Quel serait le juste prix?
    Les plus petits partis ne pourraient certainement toujours pas s’offrir une telle campagne et il y aurait encore un souci d’égalité.

    Cependant, il est clair que certains partis ont largement plus de moyens et inondent nos lieux publiques ainsi que nos lieux de loisirs, privés, ce qui ne prouve pas qu’ils ont davantage de soucis pour la communication, mais un certainement un énorme potentiel pécuniaire.

    A présent, je préfère voir une pub toute colorée ventant les bienfaits caloriques d’une boisson que des visages souvent très peu photogéniques.
    Et je ne parle pas de celles qui vantent les idées d’une Suisse xénophobe et pleine d’a priori mesquins…

    • xahag says:

      Hello, merci de tes questions.
      Je suis d’accord avec toi, et je dois bien avoué que je n’ai pas de solutions toutes faite pour ce problème. En suisse, il y a plusieurs groupes qui réfléchissent très sérieusement à la problématique. Ce ne sont pas les idées qui manquent, mais il faut les rendre acceptable. Et ça c’est une autre histoire. Il faudrait, à mon avis, viser d’abord une étape avec l’ouverture des comptes des partis politiques.

      Par contre, attention, la photogénie d’un politicien n’a rien à voir avec ses compétences. Je ne dis pas que tu le pense, mais c’est à mon avis une tendance qu’il faut surveiller pour éviter qu’elle ne s’installe.

      • Jeanne says:

        Voilà un billet qui me rapelle une discussion que j’aurais pu avoir (dans une autre vie peutêtre?).
        Je suis d’accord avec le GROS enorme problème de l’inégalité des moyens et surtout de l’utilisation de moyens démesurés par certains pour gaver les cervelles des braves citoyens.
        Mais cependantt, laisse-moi continuer à penser que le passage de ce spot dans un cinéma, qui N’EST PAs une place publique comme le quai de la gare ou le marché, est proprement scandaleux (mon film est-il sponsorisé par ces gens-là? Dans ce cas-là, j’aimerais en être informée avant). Cela dit, payant suffisament cher pour voir UN film, je trouve tout aussi révoltant qu’on m’impose “les boissons sucrées dont je ne nommerai pas la marque” en prime.

        • xahag says:

          Salut,
          Raphael mettait en évidence que précisément la gare n’était pas lieu public comme un autre. Et le marché n’est pas libre à n’importe quel colporteur. Une demande doit être faites et des autorisations obtenues.

          Pour ma part, je ne ferais pas de différence entre la légitimité de faire de la pub pour un parti politique, une oeuvre de bienfaisance ou une entreprise commerciale. S’ils respectent la légalité, ils ne doivent pas être interdit sous prétexte qu’il s’agit de politique. Comme je le disais, je pense qu’il faut mettre nos efforts sur le fond du problème.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.