Honte sur moi!

Nous étions assis dans ce magnifique restaurant, très réputé pour la qualité de sa cuisine, dans une capitale d’Europe dont je maîtrise assez mal la langue. Nous discutons un peu, puis nous passons commandes de nos entrées et plats, spécifiant à la serveuse que nous n’avons pas encore choisit le vin.

Nous consultons la carte des vins, et après quelques anecdotes sans rapport avec notre choix, j’appelle notre serveuse d’un geste. Je lui montre sur la carte et lui dit en même temps, dans une langue qui ressemble approximativement à la sienne, le vin que nous avons choisi. Elle note, et me répond en français1. Puis me demande ce que nous voulons manger.

Là, je la regarde un peu bêtement, en me demandant si elle se moque de moi. On lui a dit il n’y a pas 5 minutes. Je lui fais remarquer, poliment mais fermement. Elle me regarde, aucunement perturbée par mon ton. Elle se retourne et montre une autre employée dans la salle et me demandant, poliment et doucement, si je n’ai pas commandé à sa collègue.

Honte sur moi! J’ai confondu les deux serveuses. Elles étaient noires.2

Moi? Je me bats contre le racisme auprès de mes connaissances aussi souvent que je le peux, je suis contre la discrimination, toujours à la recherche de l’intégration et de la compréhension. Je suis profondément convaincu de la justesse de ce combat, et voilà que moi-même, je tombe dedans.

S’en suis une longue série d’excuses que je bredouille à mon convive. “Elles doivent être sœur, voire même sœur jumelle”. “J’étais distrait”. “La décoration est vraiment magnifique, non?” Les excuses débiles que j’articulais ne pouvaient me faire oublier cette honte.

Quelques jours plus tard, je me fais les réflexions suivantes: “Ne suis-je pas en train de faire de la discrimination positive? Comment aurais-je réagis si elles avaient été blanches?” Ou pire encore: “Finalement, ne suis-je pas raciste au fond de moi-même, sentiment refoulé, castré par une envie bien-pensante gauchiste mal placé?”

Évidement que non, et ce genre de réflexions est assez communes. Nous, dans nos pays de blancs, avons un problème assez simple. Nous n’avons pas l’habitude de voir des noirs. Du moins, pas autant que des blancs. Leur morphologie étant quelque peu différente de la nôtre  il nous est naturellement plus difficile de les différencier.3 Pour nous, ils “se ressemblent tous”.4 Il n’y a donc aucune honte à cela, mais surtout, il est important d’avoir ça à l’esprit pour ne pas tomber précisément dans le racisme.

  1. les choses sont plus simple quand on parle la même langue []
  2. Je peux vous dire maintenant que nous étions dans un restaurant africain. []
  3. C’est le même phénomène qui fait que la police arrête plus facilement les noirs. []
  4. Notez que ce problème est assurément réciproque. []
This entry was posted in Politique and tagged , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Honte sur moi!

  1. Tristan says:

    Mouais…

    Confondre deux personnes qui se ressemblent, ca arrive assez fréquemment quand même, pas de quoi en faire une histoire… elles auraient pu être blondes, potelées, ou arméniennes, il se trouve que leur point commun était qu’elles étaient noires toutes les deux, et tout a ton repas tu n’as pas fait attention au changement de serveur. C’est la vie.

    En vérité mon cher Xavier, je retrouve dans ton sentiment de honte ce que certains ont appelé le sentimentalisme tiers-mondiste, une sorte d’idéologie selon laquelle une dette lourde pèserait sur tes épaules de blanc et t’inciterait à développer une attitude condescendante, bien que très certainement involontaire te connaissant! vis-à-vis de certaines populations étrangères (surtout du sud)…

    Ce comportement politiquement correct, cette précaution supplémentaire qu’on adopte vis-à-vis de quelqu’un parce que justement cette personne est noire et qu’on craint de la heurter et d’etre percu par elle en tant que raciste, c’est peut-être justement ca le racisme…

    A lire : ‘le sanglot de l’homme blanc’, de Pascal Bruckner.

    Merci de ton article!

    • xahag says:

      Merci de ta réponse Tristan. Ou devrais-je dire, mon cher Tristan? Non, cela est peut-être trop condescendant. Passons.

      Précisément, je pense qu’il est intéressant d’en faire une histoire. Et visiblement, toi aussi, vu que tu prend part au débat. Ce genre de réflexions sont bien plus présente que l’on pense, et la peur d’en parler sous peine de se faire taxer de “raciste” est, à mon avis, un problème. Voilà pourquoi j’en parle.
      Nous avons toute une série de comportement qui sont issus tout droit de notre culture ou de notre héritage génétique. Il faut en avoir conscience et ne pas avoir honte d’en parler. Il faut parler de nos peurs, de nos sentiments, aussi étranges ou mal placés soient-ils. Non pas pour leur donner une justification, mais pour pouvoir passer outre et construire une relation à l’autre plus juste.

  2. Alan says:

    C’est marrant, je pensais justement faire un sujet dans Podcast Science un de ces 4 sur la reconnaissance des visages, à travers les angles de la prosopagnosie (qui affecte les gens incapables de discerner les visages) et du biais d’appartenance ethnique (http://en.wikipedia.org/wiki/Cross-race_effect) qui veut qu’on reconnaisse plus facilement les visages au sein de sa propre ethnie (ou en tout cas parmi les ethnies avec lesquelles on a été familiarisé dès le plus jeune âge).
    Mon hypothèse a priori pour expliquer le phénomène que tu as décrit (mais bon je n’ai pas encore travaillé sur mon sujet, je suis peut-être bien à côté de la plaque), c’est que nous sommes relativement peu variés en tant qu’espèce. Je pense qu’il serait plus facile à un hypothétique alien de percevoir immédiatement les différences faciales entre deux chimpanzés qu’entre deux êtres humains. Au cours de notre évolution, nous aurions développé une capacité particulière à distinguer malgré tout les subtiles différences entre deux visage relativement familiers. Par contre, jusqu’à récemment dans notre histoire (sur l’échelle de l’évolution), nous n’avions aucun intérêt à faire cet effort-là pour des visages manifestement étrangers qui représentaient d’emblée une menace pour la communauté.
    Bref, si mon hypothèse est correcte, tu es juste une victime supplémentaire de l’évolution de l’espèce et de son câblage neuronal. Qu’on le veuille ou non, on trimballe tous en nous non seulement l’histoire pas toujours très reluisante de notre culture, comme l’indique Tristan, mais également un vieux fond de racisme, comment dire, naturel, qui se serait développé au cours de notre histoire. Soyons clairs, que cette hypothèse tienne ou non la route, cela ne justifie bien sûr en aucun cas les discriminations et autres injustices dont sont victimes partout sur la planète les gens dont l’apparence diffère de celle du plus grand nombre. Mais il me semble que cela pourrait expliquer que de temps en temps, on s’emmêle les pinceaux et que la tendance au racisme primaire soit si répandue.
    En tout cas, je ne vois aucune raison pour toi d’avoir honte, au contraire, être sincère face à des interrogations de ce type me semble au contraire mériter un coup de chapeau.
    J’espère avoir le temps de vérifier tout cela et de le partager dans un avenir pas trop lointain.
    By the way, on peut savoir dans quelle capitale européenne tu te trouvais?
    a+
    prof von

    • xahag says:

      Je serais très intéressé par les conclusions de ton enquête. Je pense toutefois que nous sommes tout à fait équipé pour différencier des visages d’autres ethnie, voire d’autres animaux (des éleveurs de cheveaux p.ex sont capable de différencié deux de leurs animaux d’un seul regard, ce qui semble me semble impossible). Simplement, nous manquons d’entraînement pour certaines catégories.

      Je te renvois (encore) à une émission de 36.9 qui traite de la reconnaissance des visages. Plus particulièrement de la perte de cette capacité: http://www.tsr.ch/emissions/36-9/936037-ne-pas-reconnaitre-un-visage-un-handicap-social-meconnu.html

      By the way, non, je ne dirais pas ou j’étais.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *