La discrimination légitime

Je m’inquiète beaucoup pour mon pays. Je ne veux pas dire que je pense qu’il va mal, non. Par contre, comme rien n’est jamais acquis, nous devons toujours nous battre pour nos valeurs. Et pour ça, nous devons nous inquiéter des problèmes et proposer des réponses.

Dans le cadre de mes réflexions, je me suis souvent penché sur le thème de la démocratie.1 Je me souviens de discussions très animées2 que j’ai eue avec des miens amis il y a quelques temps. C’est grâce à eux que mes réflexions m’ont amenés jusqu’au présent billet.

Qu’est-ce que la démocratie?

Selon Wikipedia3, nous avons cette définition :

La démocratie est le régime politique ou, plus largement, un corpus de principes philosophiques et politiques, dans lequel le peuple est souverain et élit les gouvernants.

Certes, mais l’idée de la démocratie c’est avant tout d’éviter que le pouvoir ne soit concentré dans une seule personne4. Mais surtout, et avant même ce principe, l’idée fondatrice est que chacun puisse s’exprimer pour qu’ensemble nous formions une société dans laquelle chacun puisse vivre. L’idée est d’éviter qu’une catégorie de la population ne soit déconsidérée, voire même discriminée.

Dans nos sociétés occidentales nous pensons être arrivé au sommet du développement de la construction étatique et nous pensons que le peuple souverain est le siège du pouvoir légitime. Et rien ne saurait être mieux. Donc quand le peuple vote une loi, rien ni personne5 ne peut remettre en cause sa légitimité et ni sa justesse. Car le peuple est souverain. Il a toujours raison.

C’est donc comme ça que la démocratie a inventé la discrimination légitime.

On se rend bien compte que quelque chose cloche. Comment le meilleurs système politique peut-il arriver à exclure une partie de la population qu’il est censé protéger? Comment un système qui donne sa voix à chacun6, peut-il marginaliser une minorité? Comment un système qui est censé nous protéger des lois tyranniques peut-il se transformer en  dictature de la majorité?

Je n’aurais pas l’outrecuidance de donner une réponse à ces questions, mais il me semble important de ne pas oublier les points suivants.

La vérité absolue n’existe pas, elle peut changer au cours du temps, en fonction des systèmes de valeurs, de l’environnement, ou de nos connaissances. Ce n’est pas parce qu’une erreur est commise par un système, que tout le système est mauvais.7 Et par là même, il nous faut admettre qu’aucun système ne sera parfait, jamais.8 Mais avant tout,  je pense qu’il est de la plus haute importance de rappeler pourquoi nous utilisons un tel système, et quelles sont les valeurs que nous voulons promouvoir. Ceci pour éviter de se cacher, ou pire de s’enfermer, dans un système juridique strict, complexe et finalement sans rapport avec la vie, notre vie d’être humain. En oubliant pourquoi nous votons,9 nous risquons de dénaturer nos valeurs, nos idées et finalement, nous risquons de tuer la démocratie.

 

 

  1. J’ai d’ailleurs plusieurs billets en brouillon que je n’arrive pas à terminer sur le même thème. []
  2. Je suis souvent très excité quand je parle politique. []
  3. https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/D%C3%A9mocratie []
  4. ou un groupe restreint de personne []
  5. A la limite même pas Dieu []
  6. ou presque []
  7. Les banquiers seront d’accord avec moi je pense… []
  8. Ce qui ne nous donne aucune excuse pour ne pas chercher à améliorer le système. []
  9. Je ne veux bien sûr pas parler du contenu d’un vote en particulier. []
This entry was posted in Politique and tagged . Bookmark the permalink.

4 Responses to La discrimination légitime

  1. Jeanne says:

    voué

  2. Redge says:

    La démocratie reste à mes yeux “le pire des systèmes politiques, excepté tous les autres” (Churchill). Le moins pire des systèmes politiques, faute d’être le système idéal.
    La protection des minorités et de leurs intérêts ds une démocratie est une question intéressante: je suppose qu’elle dépend du degré auquel la majorité est prête à s’éloiger de ses valeurs pour tolérer celles de la minorité.
    Il y a une série de principes sur lesquels une démocratie se construit: par exemple respect droits de l’homme, suffrage universel et élection des représentants,droit d’expression, liberté de culte etc. Ces idées sont assez populaires quand on les regarde en tant que concepts. Pourtant, il y a aussi dans leur application des limites, différentes selon le pays, selon ce qu’on estime tolérable ou non que ce soit culturellement, par tradition, etc: on y donnera ensuite le label “pour préserver la démocratie” parce que ça sonne bien. Je suppose que nous n’avons donc pas une mais des formes de démocraties qui sont assez diverses une fois qu’on les regarde de plus près (multipartites ou bipartites, etc)

    • xahag says:

      “du degré auquel la majorité est prête à s’éloiger de ses valeurs pour tolérer celles de la minorité.”

      Est-ce vraiment le cas? Devons nous vraiment nous éloigner de nos valeurs pour tolérer celles des minorités? Cela est-il vraiment, systématiquement en opposition? Ou bien n’y a-t-il pas une grande part de peur irrationnelle la derrière?

  3. Pingback: La censure légitime | ixanet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.